• Fédération Internationale d’Associations d’Eutonie        

Les cahiers du C.M.E.

 

~ Collège Méditerranéen d’Eutonie ~

 

n° 1 – Peau et toucher. Michel Marchaudon (Juin 1998)

Ce cahier propose à l’eutoniste quelques repères pour une meilleure compréhension de son action sur ce noble tissu qu’est la peau. Elle joue un rôle fondamental dans le développement de l’enfant et dans sa vie d’adulte. Elle est le reflet permanent de l’état organique et psychique de nous-mêmes. Etre bien dans sa peau tout comme être mal dans sa peau est une réalité vécue.
La physiologie de la peau y est exposée avec tous ses mécanorécepteurs qui nous permettent de reconnaître tout ce que l’on touche, ou tout ce qui nous touche, avec précision et finesse. 
La peau est plus qu’un tissu qui enveloppe le corps et le délimite. C’est un véritable organe aux multiples fonctions. La peau est une protection physique et psychique. C’est aussi notre identité. En eutonie l’inventaire de la peau permet d’être conscient de notre unité corporelle. Cette conscience a des répercussions métaboliques et toniques. 
Une analyse détaillée du toucher est traitée. Le toucher n’est pas ressenti comme une simple modalité physique, une sensation – perception, il est source d’émotions. La peau permet d’entrer en relation avec les autres.
Ce cahier est destiné à tous les eutonistes et non eutonistes.

 

n° 2 – L’eutonie et la voix. Jacqueline Meunier-Fromenti (Mars 1999)

Dans ce cahier sont présentées les difficultés que rencontre le chanteur ainsi que les comportements inadéquats souvent constatés dans les chorales.
La première partie présente les processus psychophysiologiques de la voix:le corps en tant qu’émetteur et en tant que résonateur, d’où la nécessité d’être à la fois solide et souple.
La deuxième partie propose des situations qui utilisent la voix pour tester et harmoniser le tonus,renforcer le redressement vertébral , entrer en contact avec l’environnement.
Des pratiques spécifiques aux chanteurs sont présentées : l’apprentissage de la verticalité solide et souple en position assise et debout , l’appui du souffle par la dissociation musculaire , la détente pour évacuer le trac , et la vitalisation que procurent les vibrations vocales ,l’auto-massage …..
Ce cahier est utile à toute personne ayant à économiser sa voix dans sa profession : chanteur , conférencier , enseignant …  

 

n° 3 – La pratique du dessin en eutonie. Jacqueline Meunier-Fromenti (Février 2003)

Le début du xxème siècle a été une période de remises en question des pratiques corporelles de l’époque . Gerda Alexander s’inscrit dans ce mouvement ; elle récusait les méthodes d’apprentissage du mouvement uniquement basées sur la reproduction d’un modèle.
En proposant de dessiner des trajectoires dans un espace à 3 dimensions à partir d’une zone précise du corps (oreille , coude , occiput ….) l’eutonie permet à l’élève d’explorer ses possibilités de se mouvoir et de créer des formes qui soient le reflet de sa personnalité.
Ce cahier présente de façon détaillée les modalités d’exécution du dessin grâce à de nombreuses situations pratiques ainsi que des moyens d’auto-évaluation qui permettent à chacun de progresser.
En sollicitant la créativité le dessin de Gerda Alexander est un facteur important de développement personnel.

 

n° 4 – Eutonie : facettes. Michel Marchaudon (Novembre 2000)

Ce cahier offre la possibilité de réfléchir et de discourir sur divers aspects de l’eutonie sans oublier que l’eutonie est avant tout une pratique et non un discours.
C’est un échange avec les pratiquants.
L’eutonie est présentée en neuf facettes en évitant de l’enfermer dans une pensée unique. Il faut envisager l’eutonie dans son évolution où chacun apporte sa pierre dans le respect de la méthode Gerda Alexander.
1/ La référence à la pratique
2/ Les objectifs de l’eutonie
3/ Vivre la séance et analyse du vécu
4/ L’expérience sensorielle et la réalité de la sensation
5/ Faits et effets
6/ Trouver une satisfaction
7/ L’apprenti eutoniste
8/ Le temps : principe organisateur de l’eutonie
9/ Place des connaissances en eutonie
Voici les neuf chapitres abordés dans ce cahier. Toute l’eutonie n’est pas traitée. Les fondamentaux et la pédagogie peuvent apparaître mais sans analyse approfondie.
Ce cahier est conseillé aux pratiquants et surtout aux personnes en formation.

 

n° 5 – Eutonie et santé. Jacqueline Meunier-Fromenti (2002)

L’eutonie est basée sur une conception unitaire de la personne : le corps, les émotions, le mental sont intimement liés et inter réagissent les uns sur les autres remettant en question les conceptions mécanicistes de la gymnastique du 19 ème siècle de nombreuses personnalités du monde du mouvement ont recherché d’autres moyens , Gerda Alexander s’inscrit dans ce contexte.
C’est en étudiant particulièrement la fonction tonique qui s’adresse à la totalité de la personne que Gerda Alexander nous propose des pratiques particulièrement efficaces pour préserver la santé.
Dans ce cahier sont répertoriées des difficultés que l’eutonie peut soulager : les troubles du sommeil , les douleurs diffuses plus ou moins chroniques, des difficultés dues à un refroidissement ,des douleurs aigües telles que torticolis , lumbagos , sciatiques ….
Parallèlement sont données les pratiques de l’eutonie susceptibles d’apporter un soulagement et que chacun peut apprendre à utiliser dans sa vie quotidienne.

 

n° 6 – A propos des mécanismes de la perception et de l’équilibration. Michel Marchaudon (Avril 2004)

Ce cahier explique succinctement comment, chez l’homme, le cerveau permet la mise en relation du corps avec l’environnement et avec son propre corps. Comment le cerveau construit ses représentations du monde et de lui-même ? Aux cinq sens s’ajoutent d’autres sens, ceux qui justement permettent la perception du corps à l’arrêt ou en mouvement et la perception même du mouvement.
Des précisions sont apportées sur les systèmes organiques sollicités : le système visuel en relation avec le système vestibulaire notamment. La proprioception est étudiée.
Tout eutoniste se doit d’avoir des notions sur ces systèmes pour saisir la démarche de Gerda Alexander. Ce cahier est vivement conseillé aux élèves en formation.

 

n° 7 – Le tonus musculaire. Michel Marchaudon (Juin 2006)

Ce cahier est organisé autour du fonctionnement du tonus musculaire, sa mise en œuvre et son rôle. L’eutonie est la recherche consciente d’un tonus harmonieux, adapté aux situations à vivre.
Le tonus est le support des postures et du mouvement. On ne peut dissocier tonus et équilibre. Ce cahier traite donc des mécanismes du maintien de l’équilibre du corps ou de son rétablissement après déséquilibre. 
La question que l’on peut se poser est de savoir comment le cerveau parvient à concilier cette contrainte permanente qu’est l’attraction terrestre avec la nécessité de coordonner la myriade d’articulations du corps afin de le maintenir en équilibre alors qu’il peut s’écrouler si le cerveau relâche sa surveillance.
C’est l’objet de ce cahier assez technique mais nécessaire aux enseignants d’eutonie.

 

n° 8 – Vous avez bien dit : « Eutonie » ? Anne Rauzy (Juin 2006) 

Ce texte s’adresse aux curieux qui ont, un jour, entendu parler d’eutonie mais aussi aux débutants qui, malgré quelques séances, ne savent pas trop si cela leur convient, ou qui viennent pour la première fois à un cours, à un stage, encouragés par un ami mais un peu inquiets quand même… 
L’eutonie ? qu’est-ce que c’est ? et qu’est-ce que ça t’apporte ? Je présente ici un point de vue subjectif, émaillé d’anecdotes tirées de mon expérience personnelle qui n’a pas la prétention d’être conforme à l’avis de tous les eutonistes diplômés. J’espère néanmoins inciter certains lecteurs à venir voir de plus près cette activité devenue pour moi un facteur d’équilibre qui engage tous les plans de mon être, du physique au spirituel, un vecteur qui me rapproche de ce point singulier, commun à toutes les traditions, où les contraires se rejoignent et où l’homme prend conscience de sa place dans l’univers…

 

n° 9 – Mieux vivre au quotidien. Jacqueline Meunier-Fromenti (Avril 2007) 

A la suite des travaux menés conjointement par des soignants et des méditants, la médecine actuelle reconnaît la valeur de la prise de conscience des sensations pour lutter efficacement contre le stress.
Gerda Alexander depuis de nombreuses années utilise la pleine conscience qui permet non seulement de se détendre mais également de savoir agir efficacement et économiquement.
Dans ce cahier sont recensés un certain nombre de difficultés de santé accompagnées des pratiques de l’eutonie susceptibles soit de les prévenir, soit de les soulager :
comment faciliter le sommeil, se détendre et restaurer ses forces, réagir à la « déprime », déplacer des charges lourdes sans se blesser et prévenir le « mal de dos », réagir à la fatigue quand on « randonne », découvrir la joie de créer ses mouvements en dessinant dans l’espace.
La pratique de l’eutonie modifie le regard que l’on porte sur sa santé, avec le sentiment de mieux savoir la gérer en sachant se prendre en charge et d’être ainsi plus autonome.

 

n° 10 – La rencontre en Eutonie. Michel Marchaudon (Février 2009)

C’est un cahier à dimension pédagogique. L’eutonie n’est pas une pratique solitaire quoique l’on puisse faire de l’eutonie seul. La pratique en groupe est riche et stimulante. Après un travail sur soi, d’inventaire des tissus du corps, la mise en place de repères spatiaux et corporels… la consigne peut demander d’aller vers un partenaire. C’est cette rencontre, avec ses difficultés émotionnelles, qui est examinée dans ce cahier. La rencontre entre plusieurs personnes, chacun venant avec sa personnalité, est également envisagée. Des propositions de situations sont faites avec les commentaires sur les événements qui peuvent en résulter.

Comment aborder ces situations sans peur, sans incertitude ou sans a priori ?

Ce cahier est accessible à tous et conseillé aux personnes dont la rencontre avec l’autre peut n’être pas évidente.

 

n° 11 – Eutonie à domicile. Suzon Pelletier (Mai 2009)

Il s’agit du récit d’une intervention hebdomadaire durant 3 années, auprès d’une personne touchée par la maladie de Parkinson,devenant dépendante, et demeurant chez elle. Elle souhaitait découvrir et pratiquer, puis si possible s’approprier la méthode, afin d’améliorer sa vie quotidienne.
Il a été important pour l’eutoniste de trouver un espace-temps suffisant parmi tous les intervenants nécessaires et indispensables,tout en étant « complémentaire » et « reconnue ».
Tout l’enseignement de Gerda Alexander décrit ici, a été utilisé, proposé et adapté au fil des rencontres, avec bénéfice, en fonction de l’état de la personne, de ses besoins, de ses capacités du moment et de ses demandes. La confiance retrouvée d’une sensibilité affinée,lui a permis entre autre d’améliorer son sommeil, de mieux respirer..en conscience…
Mais la maladie évoluant, l’accompagnement d’une fin de vie, par tous, chacun à sa manière, est devenue « échanges-regards »….et la vie s’en est allée…. 
Il n’était pas prévu de faire un écrit, mais avec l’accord de la famille, il est possible de dire que cet accompagnement aidant pourrait se proposer à d’autres personnes touchées par d’autres maladies invalidantes et intéressées par l’Eutonie.

 

n° 12 – Pédagogie de l’eutonie et autres réflexions. Michel Marchaudon (Juillet 2011)

Dans ce cahier, quelques principes essentiels de l’enseignement de l’eutonie sont évoqués : la présence réelle et non envahissante de l’enseignant, la qualité et la précision des consignes, l’observation des réactions des pratiquants.
Ce cahier aborde aussi quelques notions plus théoriques comme :
    – Quand et comment devenons-nous conscients de nos mouvements ?
    – Abord de la notion d’intention dans le sens d’intention de faire ou de ne pas faire.
    – La perception d’autrui. Sa nécessité dans la rencontre à deux.
Une motricité particulière propre à l’eutonie est évoquée. Elle concerne la notion du « laisser faire » ou mieux du « laisser se faire » notamment dans le cas du micro-mouvement. 
Ce cahier s’adresse à tous.

 

n° 13 – Une approche de la respiration en eutonie. Jacqueline Meunier-Fromenti (Novembre 2011) 

Gerda Alexander considérait la respiration comme un processus vital si essentiel qu’elle a préféré ne pas agir directement sur elle comme le font de nombreuses méthodes.
Ayant expérimenté beaucoup de ces méthodes et pratiquant le chant l’auteure ayant constaté sur elle-même et sur ses élèves les bienfaits d’une attention directement tournée vers la respiration, a cherché comment la respiration pouvait être prise en compte tout en restant fidèle à l’esprit de l’eutonie. Ses recherches se sont orientées selon deux axes :
1) La prise de conscience du mécanisme respiratoire
    – Observation du souffle dans les narines
    – Changement du volume intérieur du thorax en visualisant les mouvements des côtes et du diaphragme.
    – Mouvements au niveau de l’abdomen.
2) Utilisation de la voix
    – alphabet, syllabes, onomatopées
    – émissions vocales spontanées : rire, pleurer, éternuer, bailler
    –  la voix soufflée, articulée, parlée, chantée
    – explorations portant sur la durée, l’intensité, la hauteur de ton.
Des exemples de situation montrent comment la respiration consciente peut accompagner les fondamentaux de l’eutonie (inventaires, positions de contrôle, passivité, etc…)

 

n° 14 – L’eutonie une méditation à valeur thérapeutique. Jacqueline Meunier-Fromenti (Juillet 2012) 

La connaissance des recherches effectuées conjointement par des spécialistes des neuro-sciences et des méditants est à l’origine de ce cahier
Dans ce cahier sont présentés les livres qui ont amené l’auteur à considérer que l’eutonie de Gerda Alexander, en proposant le contrôle tonique par la prise de conscience des sensations, s’inscrit tout à fait dans ce courant.
Les médecins pratiquant eux-mêmes la méditation considèrent que c’est un moyen extrêmement efficace de lutter contre le stress.
Dans une première partie sont présentés les livres et leurs auteurs avec les pratiques qu’ils proposent.
L’eutonie qui utilise la pratique de la pleine conscience depuis plus de 50 ans va plus loin en se pratiquant non seulement dans l’immobilité mais aussi dans le mouvement. 
Constatant combien l’eutonie reste méconnue, du grand public et du monde médical et scientifique l’auteur met en lumière les bienfaits que l’eutonie peut apporter car elle répond bien aux difficultés de santé liées à la modernité : stress, mal de dos, angoisses…
Sont enfin proposées des pistes d’actions susceptibles de la faire mieux connaître : contact avec des médecins militants, publications, sites informatiques, etc…

 

n° 15 – Eutonie… Patchwork ??? Suzon Pelletier (Août 2013)

Chacun de nous étant un « Patchwork Unique », ceci est une invitation à la réflexion à propos de la re-transmission de l’Eutonie. Elle s’adresse à ceux et celles qui souhaiteraient que les bénéfices des recherches de Gerda Alexander soient davantage connus, tout comme ceux des professeurs et pratiquants engagés à partager leur savoir-être et savoir faire en fonction de leur évolution personnelle. Les connaissances de base fondamentales, essentielles, s’enrichissent au long d’une vie, jusqu’à atteindre, en Eutonie comme en Patchwork, une qualité artistique repérable et différente pour chacun.

 

n° 16 – A la découverte de l’Eutonie. Jacqueline Meunier-Fromenti (Juillet 2014)

 

n° 17 – Eutonie – Equitation. Cécile Bilger et Michelle Riminati (Avril 2015)

En 1982, les deux activités EUTONIE et EQUITATION nous ont paru avoir des relations intéressantes entre elles. Nous avons voulu les expérimenter dans le cadre d’un stage réalisé au centre équestre Pastré de Marseille.
Cette expérience a intéressé 7 eutonistes pas du tout cavalières mais curieuses.
Dix séances de 2 heures ont été organisées. Nous avons recherché une approche différente de l’apprentissage de l’équitation en introduisant les pratiques de l’eutonie.
Ce stage n’a pas été reconduit, nos activités professionnelles et familiales nous ont séparées pendant plusieurs années.
Il nous semble utile maintenant de faire partager cette expérience. La première partie est rédigée par Cécile BILGER, la seconde par Michelle RIMINATI.

 

Pour toute commande des cahiers du CME, vous pouvez contacter :
Eliane DEWILDE au 04 91 72 34 47